21.08.2017
Des « rebelles » à bord des tanks lancent une attaque aux kurdes
2012-11-21 22:30:00
Yazdir

Des centaines de "rebelles" à bord de 50 véhicules militaires et sept tanks ont franchi mercredi 21 novembre la frontière syrienne depuis la Turquie pour entrer dans la ville kurde de Serékaniyé (Ras al-Ain).

Les forces armées kurdes ont répondu rapidement à l’attaque de ces groupes. De affrontements ont eu lieu dans la soirée sur la frontière avec la Turquie.

Cette attaque est considérée comme une tentative d’occupation de la ville par le régime turc qui soutient, héberge et finance ces groupes paramilitaires.

Plus tard dans la soirée, plus de 200 autres combattants des groupes paramilitaires, en majorité des membres du Front Al-Nosra, ont franchi la frontière avec le Kurdistan syrien. Venus de Hama et rentrés par la Turquie,  ils seraient des mercenaires.

Ces groupes sans programme ni objectifs chercheraient à déstabiliser la région kurde pour le compte du régime turc, puisque la forces de Bachar al-Assad ne sont pas présents dans la ville de Serekaniye.

Tentative d'occupation du Kurdistan

Après les premiers affrontements suite à l’intervention des forces kurdes,  les tirs ont cessé quand la nuit est tombée.  Des centaines d  « insurgés » attendaient toujours sur la frontière vers minuit.

« Aujourd’hui (mercredi), certaines groupes  à bord des tanks et portant des armes lourdes ont voulu entrer dans la ville.  La Turquie se sert de ces groupes. Nous considérons cette attaque comme une tentative de l’occupation du Kurdistan occidental (Kurdistan syrien) par la Turquie » a dit le commandant du YPG Sipan Hamo, sur la chaine kurde Ronahi TV.

Mardi 20 novembre, les "rebelles" appartenant aux groupes islamistes Ghouraba al-Cham et le Front al-Nosra ont tué un élu kurde local, président du conseil du peuple de Serekaniye, ce qui a déclenché une riposte forte de la part des Unités de défense populaire (YPG), armée kurde créée en juillet 2012.

Des dizaines de membres des groupes paramilitaires ont été tués lors des affrontements qui ont duré pendant toute la journée. Ces « rebelles » ont du prendre la fuite vers la Turquie.  

YPG a affirmé avoir rendu aux groupes armés les corps des 18 assaillants  et avoir pris en otage 7 autres.  Trois combattants kurdes et un autre membre du conseil du peuple ont perdu  la vie dans les combats.

Selon, l’Observatoire syrien des droits de l'homme, basé à Londres, 24 « insurgés » ont été tués mardi.

Lire aussi:

Conflit syrien: Les « rebelles » subissent de lourdes pertes face aux kurdes



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2012 - Courrier :actukurde@gmail.com -Tous droits réservés RSS