01.05.2017
Leyla Zana en grève de la faim illimitée
2012-11-15 12:40:49
Yazdir

La députée kurde Leyla Zana a rejoint mercredi 14 novembre la grève de la faim illimitée observée par 10 mille prisonniers politiques kurdes.  Le principal parti kurde BDP a appelé à une grève collective par des dizaines de milliers de personnes pour soutenir dix mille prisonniers.

Lauréate du prix Sakharov en 1995, âgée de 51 ans, Leyla Zana a appelé le gouvernement turc à satisfaire les revendications des prisonniers. Déjà passé une décennie en prison, Zana a rappelé qu’elle a observé dans le passé une grève de la faim de 30 jours. « Je ne me nourrit que d'eau salée et sucrée » a-t-elle affirmé, lors d’une rencontre avec les journalistes.

« Mme Leyla Zana est décidé d’entrer en grève de la faim pour créer un climat favorable au dialogue » a déclaré Ahmet Turk, député kurde, affirmant que Mme Zana poursuit la grève au sein du Parlement turc.

« L’état de santé de Mme Leyla n’est pas bon. Nous lui avons demandé de ne pas entrer en grève de la faim. Elle a dit qu’elle est déterminée. Nous respectons sa décision » a-t-il ajouté.

Dénonçant les déclarations du premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan qui accusent souvent les prisonniers en grève de faire le « show » et les députés kurdes de « faire le régime », et il a affirmé que ces discours « provocateurs » brisent les espoirs.

Le premier ministre a également remis en cause à plusieurs reprises la loi d’abolition de la peine capitale pour effrayer les kurdes. Ses propos visent Abdullah Öcalan, le leader kurde, emprisonné sur l’Ile d’Imrali depuis  1999 sous l’isolement total.

Une grève collective par des dizaines de milliers de personnes

Le co-président du parti kurde BDP, Selahattin Demirtas, a déclaré qu’une grève de la faim collective de 48 heures sera organisée entre le 17 et 18 novembre avec la participation de dizaines de milliers de personnes.

Le 10 novembre, au 60eme jour de grève de la faim illimitée lancée le 12 septembre par des prisonniers politiques, cinq députés du parti kurde et le maire de Diyarbakir en dehors de la prison ont rejoint la grève. Il s’agit de Gultan Kisanak, co-présidente du BDP et Aysel Tugluk, co-présidente du Congrès pour une Société Démocratique (DTK), une plateforme d'associations et mouvements kurdes dont le BDP, ainsi que Sirri Surreya Onder, Sabahat Tuncel, Adil Kurt et  le maire Osman Baydemir.  Deux autres députés, Ozdal Ucer et Emine Ayna, sont en grève de la faim depuis 8 novembre.

Depuis 5 novembre, dix mille prisonniers politique kurdes sont en grève de la faim, ce qui fait de ce mouvement l’une des plus grandes grèves de la faim collective au monde. Parmi eux, 64 prisonniers politiques depuis 12 septembre (65 jours),  88 prisonniers depuis 22 septembre (55 jours), 232 prisonniers depuis 5 octobre (40 jours). 

En prison, plus de dix journalistes kurdes dont deux depuis 12 septembre, ainsi que des avocats, syndicalistes, étudiants et élus sont également parmi les grévistes.  Le pronostic vital de  400 prisonniers politiques grévistes est aujourd’hui engagé.

Les grévistes au seuil de la mort

Dans une déclaration au nom des prisonniers politiques, Deniz Kaya a affirmé le 14 novembre que ses camarades sont « au seuil de la mort ».

« Le parti au pouvoir AKP nous fait du chantage au lieu de répondre à nos revendications. Il prépare une intervention contre nos camarades, en grève de la faim depuis 64 jours, qui ne peuvent plus marcher et ne peuvent plus parler » a-t-il ajouté. 

 



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2012 - Courrier :actukurde@gmail.com -Tous droits réservés RSS