01.05.2017
La grève de la faim des prisonniers kurdes en phase critique
2012-10-20 13:47:14
Yazdir

La grève de la faim illimitée observée par des centaines de prisonniers politiques kurdes dans près de 60 prisons turques est entrée dans une phase critique.

Lancée le 12 septembre par 69 prisonniers du PKK, la grève de la faim s’est étendue à 58 prisons. L’état de santé des prisonniers se détériore rapidement, ce qui gronde la colère chez les kurdes. Une forte préoccupation sur leur état de santé mobilise les organisations de la société civile.

Plus de 700 prisonniers en grève

Devant une prison de Diyarbakir, plus de 225 organisations de la société civile ont appelé, au 39 e jour de la grève, les autorités à répondre positivement aux revendications des prisonniers et à lancer des pourparlers avec le PKK afin de trouver une solution pacifique à la question kurde. Selon les ONG, le nombre des prisonniers en grève de la faim illimitée était de 715 au 20 octobre.  Près d’un milliers de prisonniers sont entrés en grève, selon d’autres sources.

Ils réclament la libération du chef du PKK Abdullah Ocalan, emprisonné sur l’Ile d’Imrali, qui n’est pas autorisé à rencontrer ses avocats depuis 27 juillet 2011 et la suppression complète des restrictions de l'usage de la langue kurde.

Parmi les grévistes figurent plusieurs journalistes et femmes âgées, ainsi que Faysal Sariyildiz, député BDP, principal parti kurde, en grève depuis 15 octobre et Bekir Kaya, maire de Van, depuis 18 octobre. Ces deux derniers font parties de nombreux élus kurdes emprisonnés par le régime AKP. Plus de 30 maires, six députés et 56 membres du conseil du BDP sont actuellement en prisons, sans parler de milliers d’autres arrestations politiques. 

Une seule personne peut arrêter les morts

« Une seule personne peut arrêter les morts, c’est Mr. Ocalan » a affirmé Selahattin Demirtas, co-président du BDP, lors d’une conférence de presse, le 19 octobre à Diyarbakir. « Aucune armée ne peut arrêter le PKK (…) Une seul homme avec une seule phrase peut le faire : il est sur une Ile (Imrali).  Les revendications des prisonniers sont légitimes et justes » a-t-il souligné.

« La grève de la faim est entré dans une phase critique » a dit Hasip Kaplan, député BDP, appelant le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan à agir pour mettre fin à la grève. « Les portes de la prison d’Imrali doivent être ouvertes et l’isolement doit prendre fin » a-t-il ajouté.

144 morts en grève de la faim

Depuis 1980, au moins 144 prisonniers sont morts dans les grèves de la faim, a rappelé de son côté l’association des droits de l’Homme (IHD) dans un communiqué.  L’intervention musclée et placement des détenus dans des cellules aggraveront la situation, a averti l’association. « Le problème doit être résolu par la voie du dialogue et des pourparlers. »



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2012 - Courrier :actukurde@gmail.com -Tous droits réservés RSS