01.05.2017
Affaire Roboski: la justice confiée à l’auteur du massacre
2012-10-17 19:33:32
Yazdir

Le ministère turc de la Justice a déclaré mercredi 17 octobre « incompétent » le parquet de Diyarbakir, doté de pouvoirs spéciaux, sur le dossier du massacre de 34 kurdes à Roboski. Le dossier a été renvoyé au parquet militaire, sans aucune enquête sérieuse sur le massacre commis par l’armée fin décembre.

Désormais, l’enquête sur le massacre de Roboski sera menée par le parquet militaire de Diyarbakir, suite à la décision du  ministère de la Justice, déclenchant de vives réactions

Le 28 décembre 2011, 34 civils kurdes dont 19 enfants ont été tués par l’aviation dans le village de Roboski à Uludere, dans la région de Sirnak, voisine de l’Irak.

Ce n’était qu’une simple « bavure », selon les autorités, mais un massacre délibéré selon les organisations de la société civile et le principal parti kurde BDP.

Le parquet de Diyarbakir n'a pas entendu les militaires durant ces dix derniers mois pour faire avancer ce dossier, alors que tout était clair depuis le début : l’armée a bombardé les villageois kurdes sur ordre du gouvernement, dénonçaient sans cesse les défenseurs des droits de l’humain.

Au lieu de juger les auteurs du massacre, la justice turque a emprisonné au moins huit habitants de Roboski, proches des victimes, pour intimider tous ceux qui réclament la justice. Ils sont en prison depuis dix mois sans aucune inculpation.

L’humanité et la justice sont mortes

« Malheureusement,  c’est le point où la justice et l’humanité sont mortes » a dit Ferhat Encu, habitant de Roboski qui a perdu son frère dans le bombardement. Qualifiant le premier ministre Recep Tayyip Erdogan de « dictateur », il a affirmé que « la justice et l’humanité n’existent pas en Turquie. »

« Le renvoi du dossier sur l’enquête de Roboski doit être considéré comme l’interférence de l’autorité politique (le gouvernement) pour fermer l’enquête » a dénoncé de son côté Hasip Kaplan, le député BDP.

Pour le député kurde, cela signifie que les autorités tentent de « fermer l’enquête et induire la justice en erreur , en se moquant de 75 million de citoyens.»

« Tout est clair, seuls les aveux manquent », dans l’affaire Roboski, ajoute le député BDP de Mersin, Ertugrul Kurkcu.

Lire aussi:

Nouveaux aveux sur le massacre de 34 civils kurdes

Kendakol, un massacre de kurdes passé sous silence

L’intimidation des familles des victimes de Roboski



Galerie Photo 1 image

 
 
 
 
Voir les images
Qui sommes-nous? © ActuKurde, 2012 - Courrier :actukurde@gmail.com -Tous droits réservés RSS